Le Contexte

Aujourd'hui, la Bretagne dépend à 51 % de l’électricité produite par la centrale à charbon de Cordemais (Loire-Atlantique). Par ailleurs, 50 % de l'énergie produite directement sur son territoire est d’origine pétrolière !

Acte fédérateur porté en décembre 2010 par les pouvoirs publics et les opérateurs économiques et institutionnels, le Pacte électrique breton est destiné à réduire cette dépendance. Comment ? En maîtrisant la demande en énergie, en développant les énergies renouvelables et, enfin, en sécurisant l'approvisionnement électrique d'ici 2020.

CHO BROCÉLIANDE est en mesure de répondre à ces besoins pressants. Son procédé de gazéification assisté permet de produire localement et de façon continue une électricité fiable et propre. Cette réponse fait écho à l'objectif de 20 MW produits à partir de la biomasse en Bretagne d’ici 2020 (sur un total de 200 MW).

Cet engagement résolument local s'inscrit également dans la Glaz économie ; prometteuse stratégie commune en cours d'élaboration. Le bilan du plan bois énergie Bretagne, comme le lancement du programme Breizh Forêt Bois, illustrent le bien-fondé de cette économie circulaire. Le positionnement de CHO BROCELIANDE est en parfaite adéquation avec les objectifs du pacte d’avenir engagé par la région en 2013 et recoupe aussi les objectifs globaux du SRCAE et du Plan Climat Énergie Territorial.

CHO BROCÉLIANDE traduit en actes les objectifs du Pacte Électrique Breton : développer, diversifier et valoriser les sources de production locales.

Plus d’informations sur : Pacte Électrique Breton